Téléconsultation en ligne en Tunisie : Avantages

Qu’est-ce qu’une télémédecine ?

Télémédecine, thérapies numériques, mais aussi humanisme numérique et communication de santé sur les réseaux sociaux : la santé sera de plus en plus numérique, l’écosystème des services de santé se transforme, et de nombreux acteurs sont intéressés par cette révolution.

La e-santé ou la santé numérique consiste à diffuser et fournir des informations et des prestations médicales à travers les télécommunications et les nouvelles technologies informatiques.

La technologie au service de la santé

La santé numérique est un terme qui fait référence à un large éventail de technologies qui peuvent être utilisées pour traiter les patients et collecter et partager des informations sur leur santé. Ces technologies comprennent les applications mobiles, les appareils portables, la télémédecine, les mégadonnées, la robotique et l’intelligence artificielle. Traduit en termes pratiques, la santé numérique signifie des dossiers de santé électroniques, l’adhésion à la thérapie via un Smartphone, des prescriptions électroniques, des interfaces vocales, des hôpitaux sans papier, etc. Les exemples sont innombrables et visent tous à accroître la capacité à diagnostiquer avec précision les maladies et à fournir une assistance et des soins adéquats à l’individu.

Traitement à distance grâce à la télémédecine en Afrique

L’un des points focaux de la santé numérique de la nouvelle normalité sera sûrement la télémédecine. En revanche, il est intéressant de noter que la technologie existait depuis longtemps en Afrique et partout dans le monde, mais elle n’était pas pleinement exploitée, car il y avait encore du scepticisme.

Ainsi, on ne croyait pas qu’elle pouvait vraiment proposer une assistance médicale efficace et de qualité. La pression et la poussée exercées par les exigences imposées par les pandémies ont plutôt montré que la télémédecine devrait faire partie intégrante de la prestation de soins, comme un moyen efficace et sûr de traiter les patients et de contenir la propagation des infections dans les hôpitaux. Plus important encore, la télémédecine offre la possibilité d’effectuer rapidement des visites, des traitements ou des thérapies dans des endroits éloignés des hôpitaux ou difficiles d’accès.

Ainsi, plusieurs établissements de santé ont déjà commencé à investir davantage pour augmenter les capacités de visite virtuelle et de télémédecine, en les dotant de l’intelligence artificielle, et en s’intégrant aux dispositifs de surveillance à domicile et au point de service et en recherchant des plateformes virtuelles pour la participation des patients.

Le service téléphonique en Afrique

L’accès à Internet est encore relativement difficile en Afrique à l’heure actuelle. Mais il est clair que cette technologie est importante pour connecter et passer des informations aux citoyens. Pour surmonter cet inconvénient technologique, plusieurs associations adaptent des projets de santé en ligne par téléphone. La présence du téléphone et surtout le boom de la téléphonie mobile sur le continent africain devient un moyen de surmonter le fossé numérique.

En République démocratique du Congo, par exemple, un service téléphonique est actif depuis 2005 et propose des informations sur la contraception et le planning familial.

En téléphonant, il est possible de parler en privé avec du personnel qualifié qui indique également les hôpitaux de référence. Les appels sont gratuits, grâce à l’accord signé par l’Agence américaine pour le développement international et la société africaine de téléphonie mobile Vodacom. L’initiative est née d’une collaboration entre l’association à but non lucratif Population Services International et l’Association de Santé Familiale qui opère au Congo. Des initiatives similaires sont ainsi en cours au Bénin.

Au Rwanda, en revanche, les téléphones portables sont utilisés pour surveiller l’accès des citoyens séropositifs aux médicaments. Et en Afrique du Sud, la campagne d’information sur le sida menée par SMS a entraîné une forte augmentation des appels à la ligne téléphonique nationale de lutte contre le sida.